La Rue Bourbon

Les rues de la ville sont ses artères, reliant les lieux les uns aux autres. C’est dans les rues que la ville se vit en réalité. Les gens y construisent leurs maisons, leurs commerces s’alignent le long des pavés. C’est dans ces mêmes rues que des centaines de milliers de personnes ont marché, troqué, discuté, croisé leurs destins…

Au coin d’une rue, un musicien fait son numéro. Un saltimbanque déambule le long des rues pavées… Les artistes de rue habitent les recoins, l’ombre de la ville. Ils personnifient son énergie vibrante. Contre le bourdonnement de la ville, ses vrombissements, ses cris et ses klaxons, ces interprètes silencieux captent votre attention, vous attirent toujours plus près. Le passant devient spectateur, fasciné des merveilles de la ville.

Mwa mo kontan lari Bourbon

Parrainé par Pepsi

La piétonnisation de la Rue Bourbon durant le festival (5 jours, 24h/24) est un projet pilote qui aspire — avec l’aide et le soutien des commerçants et des citoyens — de faire vivre cette rue afin qu’elle caractérise l’âme de la capitale et de ce que la ville pourrait être. Le projet permet aux Mauriciens et aux voyageurs de faire l’expérience d’un Port-Louis piéton. La Rue Bourbon reliera l’îlot Grenier à l’îlot Citadelle en passant par le Food Market.

Z’endémik in the city

Parrainé par Rogers Group
Création par Béatrice Neirinckx & Michel Labat

Se servant de la palette de couleurs fournie par les centaines de milliers de canettes jetées dans la nature, l’artiste a fabriqué trois gigantesques oeuvres figuratives. Chaque canette est découpée en carré — un pixel. L’effet est surprenant : lorsqu’on s’approche, l’oeuvre paraît abstraite, et quand on s’éloigne, elle devient figurative. Les plaques métalliques deviennent, au soleil, « matière à réflexion » poussant à réfléchir à l’impact de notre société de consommation sur notre environnement. Les espèces indigènes pixélisées incarnent les similitudes et disparités des îles soeurs. L’artiste concernée par les déchets et le recyclage, pose la question suivante : Quelles traces laissons-nous ?

Home Grown

Parrainé par HSBC
Création par le Collectif LESS
Avec la collaboration de l’ENSA Mauritius

LESS propose un jardin de bambous vivant dans la ville, qui aurait poussé à travers le bitume, dans lequel le festivalier pourra déambuler et observer quelques tiges rebelles. Résistance ; elle s’entrelace pour former une racine souple et ondulante qui va proliférer dans la ville et tenter de la rendre verte. Cette racine en évolution, est apprivoisée puis guidée par l’homme. Rencontre ; elle se rigidifie, cette fois-ci en mettant en oeuvre du bambou séché. Le bambou s’éloigne de sa forme primitive, se tisse et se maille en faisant hommage à l’artisanat, il s’architecture jusqu’à donner à l’Homme, à la ville, un abri : Collaboration. Cet abri de bambou sera fait et meublé 100% bambou, occupé et utilisé par le promeneur pour une halte, une respiration dans la ville.

Un soir d’Azalées

Parrainé par Région Réunion & le FRAC REUNION
Création par Sanjeeyann

Cette installation dans la Rue Bourbon, résulte d’un écrit de Malcom De Chazal dont la lecture a touché l’artiste : « Discussions d’un bosquet d’azalées », dans lequel l’auteur surprend les discussions d’un groupe de fleurs d’azalées.
« C’est ainsi qu’en me promenant dans la ville, en découvrant la rue, le souvenir de cette lecture de De Chazal résonnait de plus en plus et que je me surprenais à imiter l’auteur : à tendre l’oreille pour attraper des bribes de discussions. Une fois en face de ce bâtiment, l’idée de le ranimer devenait plus qu’un souhait, elle devenait nécessaire. J’y ai donc organisé une soirée et invité des fleurs. »
Les bribes de discussions sont les silhouettes qu’aperçoit le spectateur dans l’encadrement des fenêtres où l’on devine leurs interactions depuis la rue. De l’intérieur de ce bâtiment abandonné semble tout à coup, jaillir la vie. Un lieu lumineux, où la nature est invitée et s’exprime entre couleur et discrétion.

Street Art

Parrainé par Permoglaze by Sofap
Avec le soutien de l’IFM, High Commission of Canada, le FRAC REUNION, Région Réunion, Montana Cans, Air Mauritius & Beachcomber Resorts & Hotels
Curated par Bark in the Yard

Les artistes défient l’art en le plaçant dans des contextes de non-art : rues, façades, murs — des formats et médiums qui incitent la créativité, stimulent les esprits et procure de l’inspiration. L’art urbain est parfois influencé par des courants d’activisme et de subversion, mais il a aussi le pouvoir de réparer, recontextualiser, réactiver et réimaginer une bâtisse et sa place dans le quartier. Le Street Art renforce l’identité urbaine de la ville, stimule l’économie et améliore la qualité de vie dans la ville.

Street Music

La musique — qu’elle soit produite ou jouée individuellement ou collectivement — contribue au rythme, à l’aura et au pouls d’un lieu. Elle inspire et donne du pouvoir, mais par dessus tout, elle rassemble. La musique devrait être entre les mains et dans la tête des passionnés, des créatifs. Soixante-dix musiciens qui contribuent à transformer la scène musicale locale seront présents à travers le parcours.

Street Food

Les petits endroits s’avèrent souvent être les meilleurs endroits pour manger dans de nombreuses villes. La nuit est remplie des odeurs du grésillement, de la cuisson à la vapeur, de la friture, de la cuisson, de la cuisson et du rôtissage du prix de la rue. Goûtez les spécialités d’une liste impressionnante de vendeurs de nourriture qui mélangent de nombreux styles de cuisine. Une fois que vous avez fait le plein d’art, dirigez-vous vers les stands de nourriture en plein air et rendez-vous au contenu de votre cœur.